A Real Reason to Value Linguistic Diversity

May 7, 2017 – 10:17 pm

There’s been some discussion on other sites about whether we should regret the loss of small languages, and if so, why. Many of the usual points have been made about how change is not something that should be seen as bad just in itself, and we can’t expect to preserve language speakers in a cultural ghetto so that we can enjoy just knowing that their tiny language is being spoken while we engage the rest of the world in conversation in a more successful tongue. On the other hand people will claim that the lessening of diversity in the world is something to be regretted.

I tend to agree with all of the above, but I want to give a reason for preserving linguistic diversity that doesn’t get mentioned often enough. Languages are a very convenient way of looking at the way the mind works. And the larger the number of languages in the sample the less likely it is that characteristics of the mind will be extrapolated from merely contingent features of that sample. I am put in mind of an article I once read concerning the language of the Maricopa Indians of Arizona.

David Gil analysed the language [’Aristotle Goes to Arizona, and finds a language without “and”‘ in Zaefferer (ed.) (1991) Semantic Universals and Universal Semantics] and concluded that it lacks any coordinate construction even at its deepest level, and has, indeed, no syntactic category of coordinator. (I won’t bother describing this category here, it should be intuitively obvious what he’s talking about.) Approximate translation of English coordinated phrases is achieved in Maricopa by various means but these always involve a degree of subordination of one (English equivalent) phrase. In fact the basic difference is that Maricopa, like many other languages but to an extreme degree, tends to prefer subordination in its structures, whereas the Indo-European languages have a much flatter structure.

Some examples will show you what this means in practice. Here are just two ways the sentence ‘I saw John and Bill’ could be translated by a Maricopan.

[S: [NP: ][VP: [S: [NP: Johns][VP: [NP: Bill][V: udaavm (accompany)][V: ni’yuuk (see)]]]]

in which the closest thing to an ‘and’ is a verb ‘to accompany’, but the structure of the sentence is clearly not as we defined it to be for a coordinating construction because the elements are not directly dominated by the root node.

[S: [NP: ][VP: [S: [NP: Johns][NP: Bills][VP: mat teevm (be together)]][V: ni’yuuk (see)]]]

in which the closest thing to an ‘and’ is now a regular intransitive verb, but again the structure fails to be that of a coordinating construction because the conjunct elements are of category NP while the root node is of category S. In a coordinating construction recall that the category of the construction is the same as the category of its coordinated parts.

So what’s the importance of all this? Well if one has a theory – and it was popular at one stage – that LF is to be derived from S-Structure, then it strongly suggests that there is no coordinating structure in the LF of a Maricopa sentence; and similar considerations show that no analogue to LF with coordinators is derivable under the same constraints from any other accepted level of linguistic representation in the current model. Of course there are possible functions which could create coordinating structures from Maricopa S-structures, the fact that they would need to be used by any translator between Maricopa and English assures us of this, but that is not the same as claiming that those functions can be justified as transformations in the linguistic system itself. Moreover, if such transformations did apply the problem would then be to explain how monolingual Maricopa speakers came to acquire their rules of application, since there are no linguistic data available to that speaker which even hint at their existence.

And the importance of this is that if a language like Maricopa did not exist then it would have been unlikely that anyone would have proposed it as a possible language. In short, the store of languages is a set of experiments and data for our investigations into our language faculty, which is about the most essentially human of all our faculties. Fewer extant or recorded languages means less data about ourselves, means less access to the truth about ourselves.

Tags:

On Castro’s Resignation

May 7, 2017 – 10:11 pm

Well, no, not really. The title should really be something like ‘Thoughts on the Occasion of Castro’s Resignation;’ but then people might expect poetry. All I wish to do here is make some remarks with reference to a conversation that I had with a small group of graduate students a year or two ago in which Castro’s Cuba came up.

In that conversation I suffered through a series of fashionable leftist imbecilities while holding my tongue for the sake of good fellowship. (I had been warned previously about my ‘rudeness’ when I suggested to a graduate in ‘Peace Studies’ that her proposal to spend a year teaching ‘conflict resolution’ to children in Cambodia was a piece of ridiculous self-indulgence, misery tourism, patronising modern missionary work, of no earthy use to the Cambodians, and a transparent excuse for exotic adventures (Save Redfern first!)) Anyway, in the course of this conversation there was much said about the totalitarian horrors of Joh Bjelke-Petersen’s period of rule in Queensland. There was outrage at the corruption, the failure to enact decent welfare legislation, the bulldozing of ancient (well, old, anyway) landmarks in the dead of night, the control of the press through fear, and so on. The Joh regime was apparently an appalling thing that no right-minded person could defend, and could even justify massive protest to the level of revolution. Maybe so. I can’t judge whether these complaints are well-founded or not, since I wasn’t here, and no one’s interested now anyway. But I was surprised to hear just a few minutes later that Cuba has a much better health system than Australia, so Castro has to be admired for that. And, of course, for doing this in the face of a bullying superpower’s unjustifiable embargo. The claim is ludicrous in many ways, but that isn’t the point of this memoir. When I wondered, quietly and politely, whether he should really be forgiven for running a tropical gulag, imprisoning, librarians, murdering opponents, hiring his army out to the Soviet Union, oppressing even the sainted homosexuals, etc. just because he had given Cubans a good health system, the response was that, well, people will put up with a good deal of government misbehaviour if they can just be assured of the necessaries of life.

This logical blindness was so staggering to me that I was unable to formulate a polite reply. I think my offhand comment was that they weren’t so forgiving to Joh. Not that I think that they should have been – but, really, compare the two cases. I was reminded of a comment by John Derbyshire that captures one impression I took from that conversation perfectly:

Wherever there is a jackboot stomping on a human face there will be a well-heeled Western liberal to explain that the face does, after all, enjoy free health care and 100 percent literacy. Won’t they ever learn? No, their stupidity is impenetrable. They will never learn.

The other impression I took (hardly a novel one) was that ‘the left’ will put up with an amazing amount of oppression of other people as long as it can be painted as twisting the tail of the Great Satan. That wouldn’t be so objectionable or dangerous in itself – ‘the right,’ for example, would admit that the comment “he may be a son of a bitch, but he’s ourson of a bitch” describes the motivation for much of the foreign policy that they approve. The problem with the left is that they just can’t be honest about this. Instead they have to twist their principles into a mess in order to justify their natural desire to support the enemy of their enemy. They must convince themselves that their partisanship is justified by something nobler and purer than that, because they are nobler and purer than that. It is almost inevitable that conceptual incoherence and practical incompetence will follow from such a practice; and this is what we see. Cuba isn’t even nearly the most egregious case. The very worst was the support of the Soviet Union or Maoist China; but the most pitiable is the current tendency of the left to associate itself with the resurgent Jihadist movements in Islam, treating them as if they were some sort of national liberation movement, or anti-imperialists, or anti-free traders, or what have you.

Further reading: Norm Geras ‘The Reductions of the Left’ Dissent, Winter, 2005.

Tags:

The Three State Solution

May 7, 2017 – 10:04 pm

When people say that they support an Arab state in the West Bank and Gaza that is ‘contiguous’ I wonder what they think that word means. How do they propose that the Gaza Strip is to become contiguous with the West Bank? Geography seems to be their enemy here, more than the Zionist Entity.

Anyway, it looks like the Gaza Strip has preemptively seceded from this intended state. This was entirely to be expected: the situation was always going to resemble Pakistan East and West more than Alaska and the lower 48. In fact, if the Israeli ‘Disengagement ‘ (should that project be taken up again) results in Israel retaining the Jordan valley and the borders of ‘Palestine’ following the proposed line of the separation barrier, that might create a situation in which the area about Hebron (south of J’lem) would seek to separate from the area north of Jerusalem.

During the period of German partition it was said by some that they so loved the idea of Germany that they would prefer to have two of them rather than just one. I wonder how much the people of the area love the idea of Palestine?

Tags:

Secret Lawyers’ Business

May 7, 2017 – 9:56 pm

On Wednesday (13/02/2008) Prime Minister Kevin Rudd made his famous Apology to the Stolen Generations – that is, to those Australian aboriginal children who were removed from their parents because of their aboriginality. The theory behind the term ‘Stolen Generations’ is that in doing so government agents were implementing a policy of the Australian government to eliminate the aboriginal race. The victims of this policy and their descendants continue to suffer from this removal to this day.

One would think that, this being the case, and the Apology constituting an apparent admission by the government that it is the case, there would be a clear moral argument for offering compensation for this damage, and that if it is not freely offered then a legal case could be mounted to compel compensation. Yet we are assured that no such compensation will be offered, and that we need not expect legal claims for compensation to be successful.

This assurance comes in two forms. In the first place, we are told that the Prime Minister sought and received legal advice on this matter before he made the Apology; and the clear implication is that the lawyers’ advice was that there is no reason to fear that compensation must necessarily follow from the Apology. At the moment we have no ability to judge the worth of that legal advice because the government has refused to make it public. Second, the assurance is sometimes given as a lesson from history. On ‘Insiders’ (ABC, 9am, 17/02/2008) Julia Gillard, seeking to reassure viewers on this matter, argued that similar apologies by state governments had not been followed by legal obligations for compensation being imposed on those governments. She did not, however, expand on why that might have been so.

We might note in this context that compensation claims have in fact been tested in the courts, and the judgement has been that they are without merit, for the very good reason that the courts could find no evidence that there was any such policy of racial elimination as the theory of the Stolen Generations supposes.

My guess is that the legal advice to the Government made note of this, and also gave strong grounds to believe that there never was such a policy at the federal level (whatever may have occurred at the state level.) No eliminationist policy would mean no Stolen Generation, which would mean no compensation for claimants on the basis of membership in that group. Now, on the one hand, that is good news for the federal budget, and for the actual moral standing of past Australian goverments and their agents; but on the other hand, it would rather spoil the effect of the Apology if it came to be known that the current government believed it was Apologizing for something that had never happened. In fact, if it was known that the government had deliberately and knowingly accepted on behalf of Australians the guilt for an attempted genocide that had not happened, the resentment of Australians at this slander might very well undo (and then some) any benefits that the symbolic action might have achieved.

If my guess is correct, therefore, we should not expect this advice to be made public any time soon.

Tags:

Zoroastrisme: le saoshyant

March 2, 2017 – 11:29 pm

Zoroastre ne s’attendait pas à la fin du monde en sa vie: il ne serait pas celui qui mènerait les humains au paradis. Il n’était qu’un prophète, qui expliquait aux hommes tout ce qu’ils ont besoin de savoir – ou, plutôt, tout ce que le bon Dieu voulait qu’ils sachent. Il était le messager de Dieu, et ça c’était tout son ambition. 

Néanmoins, l’idée est apparue chez les zoroastriens d’un (homme extraordinaire) qui préparera le terrain pour le jugement dernier. Les zoroastriens ont nommé cette personne ‘Saoshyant,’ ou ‘qui amène les biens’ (donc ‘bienfaiteur’.) Alors, le terme lui-même était employé par Zoroastre pour des personnes de son propre temps qui étaient des bienfaiteurs de la lutte de l’homme contre le mal. Dans ce contexte le terme n’a aucune signification spéciale; mais, pour le Saoshyant qui va arriver après son temps, selon la nouvelle doctrine, nous le traduisons par le mot ‘sauveur’.

Le Sauveur sera un homme de la famille de Zoroastre. En fait, la semence du prophète est préservée au sein du lac (mythique) Kasaoya. Et il adviendra qu’une vierge se baignera dans l’eau; et elle attendra un enfant du prophète. Et ils appelleraient l’enfant ‘Astvat-ereta’ – celui qu’incarne la rectitude. Après qu’il sera sorti du lac, il rabattra le Drug (le Mensonge) du monde d’Asha (la Vérité.) Au moment où le Drug sera expulsé, le temps du Frašo Kereti sera arrivé.

Cette doctrine est devenue bien connue partout dans le monde ancien; c’est ainsi que nous arrivons à la doctrine juive ou bien chrétienne d’un Messie.

 

Tags:

Zoroastrisme le mythe de Thraetona

February 21, 2017 – 2:32 pm

On peut citer beaucoup des mythes en preuve; mais nous devons restreindre nos recherches à un domaine limité. Alors, considérons le mythe de Thraetona (surnommé ???iiani.) Ce héros iranien a vaincu le monstre, Aži Dah?ka, qui l’esprit malveillant avait créé, en forme de dragon (aži) de trois têtes, le plus puissant de tous ses agents de méchanceté. Selon le Grand Bundahišn, ce démon a tué le roi Yima après que ce roi là a perdu le droit de régner, et lui a coupé en deux. Après, il est devenu le roi du monde. Son règne était une période de grand danger pour toute l’humanité, qui n’était sauvé que par la victoire de Thraetona, qui a tué à son tour, et par la même action a libéré les vaches que le vaincu avait volé.

Chez les indiens le même combat avait eu lieu entre le héros Trita ?ptya et le monstre à trois têtes, Vi?var?pa (aussi nommé Trisiras,) le fils de Tvastra. Dans le Mahabharata, la grande épopée des indiens d’une date ultérieure, le rôle de Trita était joué par Indra. C’est possible que cette mythe était général chez les indo-européens. Par exemple, Herakles a tué un monstre à trois têtes nommé Geryone; et Hercule a tué Cacus, le fils de Vulcain – et Vulcain était le Tvastra de Rome. Il y a aussi plusieurs combats de héros avec des dragons. On pense, par exemple, du combat entre le dieu nordique, Thor (équivalent à l’Indra,) et le grand ‘Serpent de Midgard,’ Jörmungandr. On pense également, j’en suis sûr, des combats d’Indra avec de nombreux serpents  (Sanscrite: ‘Ahi’) et des vaches qu’il a ainsi gagnés.

Dans des sources ultérieures (dont le plus important est le ‘Shah Nameh’ de Firdousi, l’épopée nationale des iraniens,) Thraetona est devenu Feridun, et son ennemi est Zahhak – un homme avec deux têtes de serpent lui poussant sur les épaules. Le conte n’est guère changé, même si les détails sont différents. Par exemple, les vaches qui étaient libérées jadis sont maintenant les filles de Jamshid (c’est-à-dire, de Yima;) et le méchant n’était pas tué par le héros, mais était incarcéré à l’intérieur de mont Demavand jusqu’à la fin du monde. D’un autre côté, la portée de l’histoire est au fond différent. Selon le mythe modernisé, Zahhak habitait à Babylone, et ses têtes de serpents étaient liés au grand serpent pourpre Mušhuššu, symbole des rois assyriens, qui étaient à la fois les oppresseurs des iraniens. Donc, la légende originale qui avait eu son origine dans un souvenir des rafles banales des vaches au temps préhistorique, a fini en se faisant le mythe de libération du peuple iranien.

Tags:

Zoroastrisme: le jugement final

February 14, 2017 – 10:52 pm

Comme nous l’avons dit ci-dessus, le monde parfait et final n’arrivera pas avant l’arrivée du Frašo Kereti. À ce moment-là, la terre remettra les os des morts, et les âmes des morts seront réunies avec leurs corps ressuscités. Malheureusement, cette heureux événement sera suivie immédiatement par le jugement final dans un processus tout à fait horrible (mais, il faut le dire, absolument juste.) 

Les divinités Airyamen, le Yazate d’amitié et de guérison, et Atar, la personnification du feu, fondront tout le métal dans les montagnes. Puis, le métal fondu deviendra un grand fleuve qui coulera à travers la surface du monde. Tout le monde doit traverser ce fleuve pour gagner le paradis éternel. Un texte nous dit (GBd XXXIV 18-19) que “pour l’homme sans péché, c’est comme lait tiède; mais pour un méchant, c’est comme s’il marche en sa chair de métal fondu.” Ainsi, les bons pourront achever l’état final et permanent de bonheur, alors que les mauvaises seront incinérés. Enfin, le fleuve du métal se jettera dans le royaume d’Ahriman, tuant ce dieu. 

Cette destin nous semblerait vraiment bizarre, voire irrationnelle, si elle n’était pas si bien connue. Qu’est-ce que c’est la raison pour le second jugement? S’il doit être toujours le même que le première jugement, il est absolument inutile. Si les âmes sont éternelles, ou iront finalement les âmes des incinérés? Et si elles ne sont pas immortelles, pourquoi pas? Évidemment, comme nous l’avons déjà remarqué, les théologiens zoroastriens ne pourraient pas d’avoir été des philosophes.

Avec tous ces défauts, néanmoins, il faut reconnaitre que cette image d’un jugement final a fait une très grande impression sur l’imagination religieuse des peuples voisins des iraniens. Beaucoup d’entre eux ont adopté cette idée, et c’est ainsi que nous la trouvons chez les juifs, les chrétiens, et les musulmans. L’origine, pourtant, était chez les zoroastriens, et, par conséquent, c’est dans leur système que l’idée est le plus raisonnable. Par exemple, l’idée chrétienne d’un châtiment éternel pour des péchés forcements limités, est vraiment insupportable, parce qu’injuste. 

 

Tags:

Zoroastrisme: la signification du monde et vers une theodicée

January 24, 2017 – 5:05 pm

Il y a donc trois époques dans l’histoire du monde créé. D’abord, il y avait une création (le Bundahišn), e après le monde était parfait; puis, suivant l’attaque par Angra Mainyu, il y a l’époque présent du Gum?zišn, qui est caractérisée par un mélange du bien et du mal; enfin, après le  Frašo Kereti – la rénovation ou la guérison du monde – il y aura l’époque de Wizarišn, ou ‘Séparation’, dans laquelle le monde sera encore parfait, et cela  va être la fin de l’histoire. 

Là, nous voyons quelque chose de nouveau pour une religion: l’histoire du monde, ou plutôt, l’histoire de l’homme dans le monde, a un début, un milieu, et une fin. Jusqu’en ce moment, dans toutes les religions, on croyait que la situation présente de l’homme va continuer sans changement dans le futur. Par conséquent, l’histoire du monde et la vie d’homme ont un sens et une raison d’être. L’histoire de jadis n’était qu’une série des faits tout à fait sans importance; par contre, l’histoire est devenue maintenant un conte avec une signification fondamentale pour l’homme.

Et qu’est-ce qu’est la signification du monde et de l’homme? L’homme se trouve allié avec le Dieu dans un grand projet: la création d’un monde plus parfait que c’est possible pour Dieu de le créer sans son aide. Le monde qui a été créé par Dieu était presque vide – par exemple, il y avait une seule bête (la vache), et une seule plante (l’haoma), et un seul homme (Gayomaretan). Le monde après la guérison sera plein des animaux, des plantes, et des gens – et cela sera mieux qu’avant. De plus, l’effort d’améliorer le monde est au même temps un processus d’améliorer les âmes des personnes dans le monde. Nous avons ici, peut-être, l’origine d’une théodicée qui est liée chez nous au nom du Saint Irénée de Lyon, et une réponse à la question ‘pourquoi  est-ce qu’il y a du mal dans un monde créé par un bon dieu?’

Tags:

Zoroastrisme: le monde est un champ de bataille

January 24, 2017 – 5:03 pm

En fait, Ahura Mazda savait bien que ce monde endommagé fût inévitable après qu’il eût réalisé son idée d’un monde parfait. Néanmoins, parce qu’une idée qui devient réel est plus parfaite qu’une idée qui reste irréelle, le monde a dû passer d’un état (menog) à l’autre (getig). Par conséquence, et tout à fait selon les prévisions d’Ahura Mazda, ce monde-ci est devenu l’arène d’une grande lutte entre les puissances de désordre et ceux de l’ordre. C’est le devoir de chacun au côté de l’ordre de résister aux efforts des alliés de l’esprit méchant, et de tourner leurs dommages en avantages. Donc, par exemple, la carcasse de la vache est devenue la source de toutes les bonnes plantes du monde et tous les animaux (à part des chats, qui, d’après Bundahishn 93, étaient créés par le diable.)

Les incidents de cette guerre sont, pour la plupart, tirés et légèrement adaptés de la mythologie, et impliquent à la fois les dieux et l’homme. On peut citer deux mythes en exemple. Le premièr est un mythe presque purement pré-zoroastrien. Selon ce mythe, Tishtrya, le dieu de l’étoile Sirius, voyage chaque année au bord de la mer Vourukasha en forme d’un étalon blanc. Là, il rencontre le démon de la sécheresse, Apaosha, qui a l’apparence d’un cheval noir, sans poils, et vilain. Ils se battrent, et, si les prières et offrandes au Tishtrya soient insuffisantes, Apaosha le vaincra et le monde souffrira de la sécheresse l’année suivante. D’un autre côté, si Tishtrya est victorieux, il se baigne dans la mer où il se couche avec les vagues – qui ont des formes de juments. Par conséquent, elles produisent une abondance de l’eau dans laquelle sont mélangées les graines de l’arbre de toutes les graines. Le dieu du vent, Vata, répand cette eau et ses graines partout dans le monde et le bonheur du monde est assuré encore pour une année 

Le mythe de Tishtrya est peu changé après les réformes de Zoroastre. Le héros et l’antihéros maintenant sont respectivement les agents d’Ahura Mazda et d’Angra Mainyu, mais les actes des drames et leurs significations restent comme auparavant. Cela n’est certainement pas le cas pour l’important mythe de Yima. Ce mythe-là semble avoir été changé en toutes ses parties, et malheureusement c’est difficile à reconstruire les mythes et à suivre ses développements. Ce qu’on présente ici est tiré et adapté d’une grande confusion des contes et histoires dans les textes – mais c’est incertain et le sujet a provoqué beaucoup de controverses.

La forme centrale du mythe zoroastrien de Yima dit que Yima était le premier homme. (Gayomaretan – qui a été tué au fin du ‘Bundahišn’ – n’était qu’un gabarit de l’homme et ne pas un homme en vérité.) Yima était aussi par conséquence le premier roi, et grâce à son ‘khvareneh’ (une vertu propre à un souverain,) son règne était un âge d’or qui a durée environ mille ans. Malheureusement, selon Zoroastre, son règne était terminé en désastre après qu’il a péché contre Dieu. Son khvarneh, comme un corbeau, s’est envolé, et comme punition pour son péché, il était exilé en l’au-delà (un monde souterrain) où il est devenu le roi du royaume des morts. 

Son histoire est pour la plupart le même que celui du dieu Yama chez les indiens. Évidemment ils sont le même dieu et avaient à l’origine la même histoire, mais il y a un petit nombre de différences qui ont été introduit, apparemment, par Zoroastre. Par exemple, Yama était toujours un dieu et jamais un mortel. Encore, il avait également régné sur un pays pendant un âge d’or, mais son règne s’était terminé seulement après qu’il eu choisi de mourir – ou, en tout cas, aller au pays des morts – pour mieux comprendre la mort et aider les mortels. Yama, à l’époque des Vedas, était un bon dieu – et malgré les insultes de Zoroastre lui-même, Yima était aussi bien-aimé. De plus, le péché de Yima dont le prophète avait parlé était peu après oublié. Les textes ultérieures ne font aucune mention d’un péché ou en inventent un autre. Donc, on doit se demander: que c’est il passé à propos de Yima?

Le péché que Zoroastre a condamné pour Yima était de manger de la viande, mais certainement cela ne pourrait pas être son vrai péché: les iraniens n’étaient jamais des végétariens. D’un autre côté, c’est possible que la viande qu’il mangeait fût du corps de la première vache qu’il a sacrifié. On se rappelle que dans le système pré-zoroastrien c’était ce sacrifice (et les autres) qui ont donné le pouvoir de la vie et de l’ordre au monde. Pour Zoroastre, par contre, la mort de la vache était provoquée par Angra Mainyu, et c’était un acte méchant. De plus, le nom ‘Yima’ a le sens de ‘jumeau’ et Zoroastre a déjà mentionné qu’Angra Mainyu était le jumeau de Ahura Mazda. Peut-être que l’inspiration d’Angra Mainyu était personne d’autre que Yima. Enfin, c’est possible que le corbeau de son khvareneh est celui qui apparaît dans l’iconographie de Mithra, qui est, nous l’avons suggéré, l’original de Spenta Mainyu, le Saint-Esprit et un aspect de Ahura Mazda. 

Donc, une hypothèse, incertaine il faut le reconnaître, semble être le plus probable: les modifications au mythe de Yima que Zoroastre a apporté étaient les conséquences de ses réformes cosmologiques. Le dieu Yima était condamné, puis ses actions étaient données à l’Esprit du Mal et Yima était réduit aux rangs des mortels, enfin son péché était oublié et il a continué comme le roi de l’Enfer également bien-aimé qu’auparavant.

Tags:

Zoroastrisme: l’après-vie

December 26, 2016 – 7:35 pm

L’au-delà aussi a été changé dans les réformes de Zoroastre. Ses changements, en fait, ont créé un genre d’au-delà qui nous est maintenant très bien connu. Cela est encore plus intéressant, car l’au-delà le plus ancien chez les indo-iraniens est assez semblable à l’au-delà de la Grèce ancienne, et dans l’histoire de l’au-delà des iraniens on peut découvrir comment l’au-delà moderne s’est développée à partir de l’au-delà primitif.

Notre ‘connaissance’ du premier stade de développement est tirée, bien sûr, des écritures zoroastriens, et, comme d’habitude, des traditions parallèles chez les indiens védiques. L’au-delà primitif selon ces sources, semble d’avoir été sombre, poussiéreux, et sans joie. Les esprits des morts s’attardaient trois jours avec les vivants, et puis avaient dû surmonter un obstacle avant qu’ils puissent arriver à leur destination finale. Cet obstacle était nommé le ?invato Peretu – c’est à dire, la “traversée du séparateur” – qui était à cette époque-là, peut-être, un fleuve ou un bac. Les âmes qui réussissaient à traverser l’obstacle, devaient y rester à jamais, pour toujours. (Ceci est le genre d’au-delà qu’on remarque, par exemple, chez les babyloniens.)

Cela serait vraiment un destin déprimant, surtout pour les nobles. Donc, apparemment, juste avant que les iraniens et les indiens se sont séparées (ont scindés), une idée est apparue parmi eux, que quelques entre-eux pourraient échapper cet au-delà malheureux. Selon cette idée, le ?invato Peretu était un pont entre le mont Hara et un paradis ensoleillé et heureux. Ceux qui méritaient de traverser ce pont pouvaient gagner le paradis: les autres tombaient à l’endroit ténébreux. À cette étape, ceux dignes du paradis étaient les nobles – et pour aucune raison qu’ils fussent des nobles. De plus, parce que les joies de paradis sont sensuelles, on ne pourrait guère les apprécier sans un corps. Donc, l’idée d’une résurrection du corps est apparue aussi. (Ceci, on peut dire, est le genre d’au-delà auquel les grecs ont crus.)

Avec les réformes de Zoroastre, le mérite qui pouvait gagner le paradis est devenu un mérite éthique, et puis le ?invato Peretu est devenu une cour ou Mithra, Sraosha, et Rashnu jugeaient les âmes. Rashnu tient la balance de la justice en laquelle il met les actions bonnes et mauvaises. Si les actions bonnes pèsent plus que les autres, l’âme peut traverser le pont. Elle est conduit à travers par une belle fille – représentative de sa propre conscience. Si l’âme n’a pas la permission de traverser, le pont devient aussi étroit qu’un fil de rasoir, une femme vieille et terrible attrape l’âme, et toutes les deux plongent du pont. Là, l’âme méchante souffrira les tourments des damnés dans une sorte d’enfer. L’idée d’un enfer de cette sorte semble être à Zoroastre. (Ceci, enfin, est un genre de l’au-delà qu’on peut reconnaître comme proche à la nôtre.)

Enfin, remarquons que selon Zoroastre, l’âme n’est pas encore réunie avec  son corps ressuscité, et donc la félicité parfaite n’est pas encore atteinte – même pour les âmes qui habitent le paradis. Cette réunification n’aura pas lieu avant que la fin du monde mélangé ne soit arrivée. Après ce grand événement, nommé le Frašo Kereti, il y aura un jugement final et les âmes des bons, réunis avec leurs corps, habiteront un monde rénové et sans mal – mais les méchants (et leurs corps) seront incinérés et vont disparaître complètement du monde. 

Tags: