Zoroastrisme: le sacrifice du feu

October 17, 2016 – 8:11 pm

Le sacrifice du feu que nous venons de décrire plus haut était essentiel au culte pré-zoroastrien, mais les prêtres de cette foi lui ont donnés une signification qui l’a fait approprié à la religion de Zoroastre. La signification fait référence au sacrifice originel qui a mis en train tous les processus du monde. Selon le mythe, le monde a été créé (par des dieux non identifiés) en sept étapes (ou stades). D’abord, on a créé le ciel en pierre comme un four; puis l’eau a été versé dans ce four et a couvert le fond; on a fait flotter la terre sur l’eau, comme une assiette plate. Au centre du monde, ensuite, on a créé l’un après l’autre une seule plante, un seul animal, et un seul homme – Gayo-maretan, ou ‘la vie mortel’. Enfin, le feu, qui est une force vitale partout dans le monde. 

Mais le monde était sans changement ou mouvement et le feu était impuissant jusqu’à ce que le dieu Yima a fait le première sacrifice: il a pressé la plante, abattu l’animal (une vache), et tué l’homme. De ce sacrifice provient la puissance du feu et la vitalité du monde. À cause de cet acte, le soleil et la lune bouge à travers le ciel; les plantes, les animaux, et les humains se multiplient et remplissent et peuplent le monde; bref, tous suivent leurs propres lois et le monde entièr est mis en ordre. La fonction du sacrifice du feu, selon les autorités, était de reproduire l’effet du sacrifice originel, avec les sacrifices plutôt symboliques que réels, et de garantir l’ordre du monde.

Alors, pour les pré-zoroastriens l’ordre, ou ‘asha’, était un concept autant d’éthique que physique, et également normatif et descriptif. C’était, donc, d’une importance capitale dans leur religion. En fait, selon eux, tout le monde était divisé, évidemment, entre les partisans de l’asha – les ‘ashavans’ – et les partisans du ‘drug’ ( le Mensonge) – les ‘drugvants’. Ceux qui exécutaient le sacrifice du feu ne garantissaient pas seulement l’opération du monde physique, mais aussi le triomphe de la vertu dans le monde.

L’importance de ce concept était préservée par Zoroastre dans ses réformes; en fait, la caractéristique principale de son dieu Ahura Mazda était d’être le gardien d’asha. Le plus important rituel, donc, avait dû être pour l’asha. Heureusement, il y en avait un déjà. Zoroastre a retenu le sacrifice du feu avec son ancienne signification, même après sa réforme du mythe de la création avait éliminé le fait d’un première sacrifice.

Tags:

Post a Comment